Réactivité, précision, portée… La sainte trinité.

Fouillez 5 minutes les quelques forums d’airsoft qui traînent sur l’internet et vous allez crouler sous d’innombrables topics, questions et sujets traitant de ces trois attributs que bon nombre d’airsofteurs recherchent.

Certains claquent un mois de salaire, un rein et leur génitrice juste pour espérer caresser l’éventualité d’avoir la réplique parfaite.
Certains s’en foutent mais claquent la même chose parce que de toute façon c’est le destin de tout airsofteur.

Je vais donc vous étaler ma science sur le sujet, science inexacte si elle en est. Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, créez un blog.

 

LA REACTIVITAY (piouu piouu)

Il y a deux moyens infaillibles de résoudre les problèmes de réactivité :
-Achetez un GBBR (et ajoutez les problèmes de froid et de consommable)
-Le HPA (et ajoutez le problème du prix et de la recharge des bonbonnes)

Pour les pauvres utilisateurs d’AEG que nous sommes, lançons nous dans une réflexion philosophique.

Le but étant d’ajouter un maximum de réactivité tout en ajoutant un minimum de contraintes.

Vous avez à votre disposition :
– Les gears high speed (13:1)
– Les moteurs high Torque
– Les grosses batteries (11,1v ou plus)
– Les mosfet
– Un ressort plus souple

Les Gears High Speed sont des engrenages (gears en anglais) avec un meilleur ratio que la plupart des engrenages de base fournis dans vos AEG chéris. Le ratio de base est souvent 18:1, parfois 16:1. Il est possible d’aller jusqu’à 13:1 (ou jusqu’au dual, mais là c’est du grand délire). Les gears High Speed augmenteront assez considérablement votre réactivité ET votre cadence, cependant ils vont être plus contraignants pour votre mécanique et demander plus de couple à votre moteur.

Le moteur high torque est un moteur ayant énormément de couple (de force, donc) il n’aura aucun mal à tracter le plus gros des ressorts et gardera sa vitesse malgré toutes les contraintes que vous pourrez lui infliger. On peut doubler sa réactivité avec un bon moteur.

Les grosses batteries, ça devient compliqué. Sachez que le voltage influe sur la cadence mais pas seulement. L’ampérage est très important également, plus il est haut, plus ça balance la sauce et plus ça tient longtemps. Sur les LiPo, le taux de décharge est également important, encore une fois plus il est haut plus ça envoie.
Là je pose un gros stop. Même si ça parait attrayant vu le boost de réactivité que les grosses batteries offrent, je déconseille fortement leur utilisation. Ça grille les contacteurs et ça transforme votre gearbox en plateau de charcuterie dans 90% des cas. Le mosfet peut aider dans ce cas.

Le mosfet est, pour faire simple, un systeme qui va empêcher les arcs électriques et protéger l’électronique de votre réplique. Selon le modèle il peut ajouter des fonctionnalités sympathiques comme les rafales de 3, le blocage en semi ou l’active-breaking (ça empêche les doubles cycles).

Le ressort plus souple, perdez des FPS et gagnez en fiabilité. C’est de la mécanique, tout bêtement.

Mes conseils sur la question de la réactivité :
Franchement, beaucoup de joueurs recherchent du quasi-instantané et je vous donne mon impression de suite sans pincettes : ça sert à rien. La réactivité ne vous fera pas tirer mieux/loin/précis/fort. La réactivité c’est purement et simplement du confort au niveau du ressenti. C’est pourquoi il faut un bon équilibre entre performance et contrainte. Je conseille un bon moteur, c’est pour moi le plus important. Rester sur de la batterie classique, installer un mosfet si on veut des fonctionnalités sympas ne fait pas de mal.

 

LA PRAICIZION (fwouuuuushhh)

C’est pour moi le sujet le plus compliqué.

La précision se fait à 5 niveaux :
– Canon et qualité du canon
– Bloc hop up
– Joint hop up
– Ensemble pneumatique
– Calage du canon

Le canon, cet objet maudit. Son prix va de 10 euros à plus de 200 euros, pourquoi une telle différence ? Franchement, je sais pas.
Certains 6.08 (c’est le diamètre « standard » du cheap) en laiton (la matière « standard » du cheap) fourniront de meilleures performances qu’un canon en acier 6.01 à trouzmillions de boulaisses suivant la réplique dans laquelle vous le monterez. Honnêtement, depuis que j’ai commencé l’airsoft, ça a été le loto complet à ce niveau là pour ma part. Il y a quand même quelques paramètres à prendre en compte pour mettre toutes ses chances de son coté.
Je déconseille en dessous de 6.03, ça bourre, même avec des bonnes billes et du jeu en semi. L’acier c’est cool. Plus c’est lourd, moins ça vibre. Un canon propre est un bon canon. Claquez pas le PIB de la Suisse dans un canon.

Le bloc hop up, oui, il est important.
Beaucoup de répliques cheap sont fournies avec des blocs en cochonium. Ils sont en métal, certes, mais en métal naze du cul. Ces blocs sont souvent rugueux, non polis et presque poreux. En quelques mots : c’est de la merde.
Contrairement aux apparences, les blocs plastiques offrent généralement des bonnes performances. Mes meilleures répliques sont équipées de blocs plastique.

Le joint hop up, c’est lui, le king, le graal, le souleveur de daronne.
Si vous voulez de la précision, c’est là qu’il faut regarder.
Comment choisir son joint ? INTERNET. Les innombrables avis des airsofteurs vous aiguillera. Mes recommandations perso : en bas de l’article mamène.

L’ensemble pneumatique. Il doit être bien étanche afin d’être régulier. C’est aussi simple que ça. Les joints toriques de tête de piston ça se trouve en magasin de bricolage et le téflon est votre meilleur pote. Veillez à avoir le bon cylindre pour la bonne longueur de canon. Plus le canon est court, plus le cylindre devra avoir un gros trou sur son flanc (si on peut dire ça comme ça). Cette dernière info est sujet à débat, certains disent que ça sert à rien d’avoir un cylindre troué.

Le calage, là encore on finit sur de la mécanique toute con : calez bien votre canon interne dans votre canon externe, ça évitera les vibrations qui peuvent perturber la bille quand cette dernière fera son passage dans le canon.

 

LA PORTEY (zzouuuiiiiiii)

3 points, comme au basket :
– La longueur du canon et sa surface/matière
– Les FPS
– Le joint hop up (encore lui)

La longueur du canon influe. NON C’EST FAUX. D’après ce que j’ai expérimenté, elle influe seulement si vous avez beaucoup de FPS et un gros ensemble pneumatique (piston 19 dents par exemple). J’ai plus de portée avec mon UMP45 (ce truc est court) qu’avec mon SCAR-L (ce truc est long), pour 10 FPS de moins sur l’UMP45.
Le revêtement interne est selon moi plus important. Si votre canon est très bien usiné et très lisse, le coussin d’air qui va se former autour de la bille lors du tir sera bien plus stable et la bille aura moins de chances de toucher la paroi du canon, et si elle la touche elle sera bien moins freinée/perturbée.

Les FPS, c’est indéniable : plus de FPS = plus de portée. NON C’EST FAUX (ou presque). Mathématiquement parlant plus les FPS sont hauts, plus la bille part loin. Cependant avec les puissances que nous utilisons en France, l’augmentation est minime. Une réplique à 300 FPS bien réglée peut avoir plus de portée qu’un 400 FPS cheap. L’augmentation se verra sur une réplique déjà performante, mais une réplique qui en chie en chiera juste plus fort.

Le hop up, c’est lui qui lève la bille, plus le hop up est bon, plus l’effet de magnus (ça s’appelle comme ça) sera « optimisé ». What else ?

 

LE RECAPAPETAGE :

– Un bon moteur avec des batteries normales.
– Un mosfet si vous êtes un déglingo de l’extrême.
– Un canon bien usiné.
– Un bloc hop up fabriqué dans une matière de qualité.
– Un joint hop up renommé.
– Une partie pneumatique étanche.
– Un calage du canon interne.

Avec tout ça vous avez déjà les bases pour avoir un petit monstre sans trop de contraintes.
Pourquoi je tiens à esquiver les contraintes à ce point ?
Car une bonne réplique est une réplique qui fonctionne. Vous pouvez vous monter un engin de guerre atomique qui bouffe 1 contacteur par partie et un set d’engrenages par demi journée, vos performances seront bien supérieures à ce que j’ai listé plus haut. Vous pouvez mais est-ce-que vous le voulez ?

Ce qui nous fait glisser sur la question des FPS et de la longueur de la réplique (et donc du canon). Votre réplique chérie a un canon de 20 centimètres de long et balance 300 fps (ce que vous voulez garder pour ne pas enfler vos potes en CQB), mais Jean-Abdelatif tire bien plus loin avec son SVD à 400 FPS : c’est normal. C’est la construction de la réplique qui veut ça, avec son piston 19 dents et son canon de 50 cm, Jean-Abdelatif n’aura pas de mal à balancer de la bille à 70 mètres.
C’est à vous d’adapter votre style de jeu à votre réplique chérie : malgré tous vos efforts ça tirera jamais plus loin que la réplique de Jean-Abdelatif.  Misez sur la précision, et allez chercher Jean-Abdelatif pendant qu’il campe et qu’il galère à bouger avec sa canne à pèche.
La réplique ultime n’existe pas, chaque réplique aura son lot d’avantages et d’inconvénients, à vous de tout miser là où vous le pouvez.
Selon moi, la précision est la plus importante des trois qualités que j’ai abordé. Le manque de portée peut être masqué par une façon de jouer agressive. Un manque de précision, à part aller donner votre séant à 20 mètres pour espérer toucher, c’est déjà plus chaud à masquer.

Quelques recommandations au niveau matos :

Moteur : SHS high Torque, ATM high Torque, Kanzen Strong
Canon : Modify Hybrid, Guarder 6.03, Tanio Koba twisté
Bloc hop up : Guarder plastique
Joint hop up : G&G vert, Guarder silicone, Prometheus violet, PDI W
Mosfet : Toute la gamme de la marque GATE, BTC spectre

 

En espérant que mes avis arrêtés vous ont aiguillés d’une quelconque façon !