Qu’on se le dise : les de répliques de revolvers en airsoft sont généralement des répliques à la jouabilité limitée : tantôt trop puissantes, tantôt peu précises et la plupart du temps limitées niveau emport (normal me direz-vous, il s’agit d’un revolver). Ceci-dit, si les répliques de revolvers ne font pas l’humanité du côté des joueurs, ce n’est pas le cas pour les collectionneurs qui en sont friands. C’est de l’une des ces répliques dont je vais parler aujourd’hui, une réplique à la forme originale, au design peu orthodoxe que bon nombre d’entre-nous connaissent grâce à la saga Ghost in the Shell: le Mateba Revolver de chez Marushin !

Cette review va se passer en trois parties : on va commencer de manière classique avec un aparté sur le véritable Mateba Revolver ainsi que sa version dans l’univers de GitS, on enchaînera sur un passage au crible de la réplique photos à l’appui et on terminera avec une petite conclusion. C’est partit !

 

L’aparté RS et Popculture

Le Mateba Revolver de Marushin est basé sur me Mateba 2006M, un revolver créé en 1990 et fabriqué par la manufacture italienne MA.TE.BA Arms (Macchine Termo-Balistiche) et est basé sur le MTR-6 lui aussi fabriqué par Mateba Arms. Ce dernier tire en double ou simple action, il est chambré en .357 Magnum et .38 spécial et est fabriqué en acier bleui. L’une des spécificité de ce revolver est son canon interchangeable permettant par exemple de passer d’un canon long (6 pouces, environ 153mm), à un canon plus court (2 pouces soit à peu près 51mm). Autre spécificité de l’arme, l’emplacement du canon : ce dernier se trouve au milieu de l’arme, au niveau du bas du barillet. Ce choix n’est pas anodin, il permet d’améliorer le contrôle du recul de l’arme, recul qui peut aussi être atténué en plaçant des poids sur l’avant du canon.

Bon, je pense que l’on peut aisément le dire, si le Mateba est aussi connu c’est grâce au film Ghost in the Shell de 1995 (sorti en 1997 en France), ce dernier est l’arme de service de l’agent Togusa. Enfin pas exactement : dans le film d’animation Ghost in the Shell, le Mateba utilisé par Togusa est décrit comme étant le Matever (contraction de Mateba Revolver). Il partage le design du 2006M malgré quelques différences : tout d’abord il tire du 9mm (oui vous avez bien lu) et possède un mire avant « améliorée ». Il existe d’ailleurs une vieille version du Mateba Marushin nommée M-M2007, tirant des billes de 8mm et vendue en tant que produit dérivé de Ghost in the Shell, cette même réplique présentée par KhanSeb ici. Le Mateba est présent dans le jeu vidéo GitS Stand Alone Complex : First Assault mais aussi dans un des DLC de Payday 2 sous le nom de Matever .357 Revolver.

 

La réplique d’Airsoft

Passons à l’objet de cette review: le Mateba Marushin 6mmBB X-Cartridge. Il s’agit donc d’une réplique du Mateba 2006M utilisant le système X-Cartridge de Marushin. La réplique mesure 264mm de long et 156mm de haut, elle pèse 875g (à vide donc sans les cartouches) et est majoritairement constitué de plastique, loi japonaise oblige.

Et je dois dire que pour du plastique, le rendu est vraiment bon : la finition est superbe, on à l’impression qu’il s’agit d’acier mat, le poids de la réplique est imposant pour du plastique, j’ai l’impression d’avoir une réplique Heavy Weight de KSC (qui sont elles aussi fabriquées en plastique) entre les mains. Au niveau de l’externe, seuls le marteau, la queue de détente, la tige du barillet, la plaque derrière le barillet, la mire arrière et la visserie sont en métal.

Le seul reproche que j’ai à faire à l’externe est la poignée en plastique : comparé au reste elle fait vraiment cheap, elle grince et elle possède un certain jeu, la fixation se faisant par le biais d’une vis sur le bas du réservoir de gaz. A savoir qu’il existe aussi une version avec poignée en bois qui annule le seul défaut que je trouve à l’externe de cette réplique, mais cette version est plus chère.

Les organes de visée sont rudimentaires mais réglables en hausse pour la mire avant, en hausse et en dérive pour la mire arrière.

Une autre particularité de cette réplique se trouve au niveau du barillet : au lieu de s’abaisser sur le côté gauche de la réplique comme sur un revolver classique, il faut le faire pivoter vers le haut ce qui ne facilite pas forcément le rechargement de la réplique, voir même de l’arme.

Pour recharger la réplique et libérer le barillet il suffit de pousser en avant le petit levier situé derrière celui-ci.

 

La réplique utilise le système X-Cartridge 6mm de Marushin qui fonctionne à l’aide de fausses cartouches de revolver amovibles dont le design est proche de celui d’une cartouche de .357 Magnum. Chacune des cartouches pèse 17g et peut contenir une bille, le gaz étant stocké dans un réservoir situé dans la poignée du revolver.

Concernant l’interne, la partie mécanique de la réplique est en métal, la réserve de gaz en un cylindre de 26mm de diamètre du 75mm de haut, la capacité de cette dernière est donc assez faible.

Le canon interne en laiton, mesure 145mm et est propriétaire à cause du filetage sur l’une des extrémités de ce dernier. Ce filetage permet de visser l’embout du canon externe permettant de solidariser le corps de la réplique avec la partie canon, imitant le système de changement de canon du vrai 2006M. La jonction entre le barillet et le canon interne se fait par une pièce cylindrique en plastique et d’un un cylindre en laiton se trouvant à l’intérieur, le tout monté sur ressort.

La canon externe est composé de toute la partie avant du Mateba, mire comprise, et d’une masse en aluminium se trouvant à l’intérieur de la coque en plastique permettant de donner un certain poids à ce derner.

Comble du luxe, la réplique possède un hopup réglable ! Mais là encore il y a plusieurs originalités : déjà le joint hopup est propriétaire et semblable à rien de ce qui existe sur le marché. Mais surtout, la patte d’appui ne se trouve pas à l’extrémité du canon mais à un bon 51mm de celui-ci, ce qui explique les performances mitigées du Mateba Marushin (mais on y reviendra). Le réglage est possible de deux manière : à l’aide d’un petite clé allen qu’il faudra insérer dans le petit trou à l’arrière du canon ou en démontant le canon, il suffira ensuite de faire tourner la vis dans le sens horaire pour plus d’effet hopup et dans le sens contraire pour moins.

La détente est elle aussi bien particulière : en simple comme en double action on ne sent pas vraiment le coup partir, pas de mur rien. Et si la force importe peu en simple action, qu’on y aille doucement ou d’un seul coup ne change rien le coup partira tout seul, la double action va demander d’y aller franchement sinon vous aller peiner à mi-course (mais le coup finira par partir comme si de rien était). Autre chose à noter, la poignée sert aussi à limiter la course du marteau quand on arme ce dernier, sans ça le marteau se détache du reste du mécanisme. Cependant il n’est pas compliquer de réparer ce type d’incident, il suffit de retenir le marteau en arrière tant en pressant la détente puis de ramener le marteau en avant.

Concernant le packaging, objet de collection oblige, on s’attend à avoir quelque chose de sympathique comme ce qui avait été fait sur la version 8mm. Et bien non, une boite en carton neutre au possible avec deux stickers, un sur la face et un sur le côté gauche, avec pas mal d’infos (en japonais), le prix et un visuel sommaire de la réplique. A l’intérieur pas grand-chose non plus, la réplique est maintenue par plusieurs feuilles de carton. Elle vient accompagnée d’une notice (sans éclaté ce que je trouve dommage), une cible (pourquoi pas), un sachet de bille et une clé allen.

 

Dans les semaines à venir je vais faire réaliser quelques tests de tirs pour cette review, cependant ayant déjà tiré avec je peux d’ores et déjà vous dire que les performances ne sont pas formidables. C’est mieux que certains revolvers mais on est loins de répliques de poings de pistolets plus conventionnels dont fait partie le Five-Seven produit par Marushin dont les performances sont plutôt bonnes. Plus de détails dans dans les jours à venir.

 

Voici quelques photos supplémentaires pour les friands :





 

Conclusion

J’adore cette réplique. Et ce malgré ces défauts. Certes niveau jouabilité c’est pas ça entre la précision qui est pas top, la réserve de gaz qui est faible et la capacité d’emport limitée qui fait qu’elle ne rivalisera pas avec un GBB classique sur une dominicale. Mais comme je l’ai dit dans l’introduction de cette review ici ce qui compte ce n’est pas les performances, on est plus sur un objet de collection et donc ce qui compte le plus, c’est l’aspect !

On a affaire ici à une superbe réplique qui ravira les collectionneurs : en dépit d’un corps en plastique, la finition est magnifique, le rendu de ce fameux plastique est très propre. Petit digression : de nombreux amis ont cru qu’il s’agissait de métal quand il ont vu puis pesé la réplique, qu’ils soient étrangers à l’airsoft ou fervent pratiquants.

Le seul véritable défaut que je peux trouver sur ma version est cette maudite poignée en plastique (je vais essayer de la changer) qui fait vraiment bas de gamme à coté du reste. Vous l’aurez donc compris cette réplique m’a conquis, déjà sur le fait que je suis friand de répliques (et d’armes) au design peu orthodoxe mais aussi et surtout parce qu’en tant que fan de la saga Ghost in the Shell, cette réplique est un must-have et Marushin nous offre la un must-have de qualitay.

Marushin a d’ailleurs sorti récemment de nouvelles versions du Mateba avec une finition encore plus belle. Il existera en différentes versions dont une en Argent avec poignée noir et une autre avec un finition métal nu de toute beauté. Ces différentes versions seront disponible du côté de Impulse101 comme l’est déjà la version Excellence HW au prix de 36 000 Yen.

Ce que j’aime concernant la réplique :

  • La finition,
  • Le design,
  • Le système X-Cartridge

Ce que j’aime moins sur la réplique :

  • La poignée,
  • Le mécanisme (un coup trop souple, un coup trop dur),
  • Le packaging

Sources: Matebafan | IMFDB